La question du jour : Bexsero et recommandations

Écrit le .

Quelles sont les recommandations pour le bexsero ? Doit-il être proposé systématiquement à tous les parents ? Selon quel schéma recommandez-vous de la faire si vaccination avant 12 mois ? Y a-t-il une indication à le faire après 12 mois et selon quel schéma ? Peut-il être fait en même temps que le priorix ? ou le neisvac ?

La réponse Infovac :

En France, les recommandations pour la vaccination par Bexsero ont ciblé les personnes à risque élevé d'infections invasives à méningocoque. Néanmoins, dans le cadre de l’AMM, il reste possible - aux frais des familles- de vacciner leur enfant.

Dans le cadre des recommandations officielles (ici), le vaccin est pris en charge à 100% pour les enfants en ALD et pour qui le vaccin est recommandé (3 et 5 mois), donc il s’agit essentiellement des enfants drépanocytaires.

Ce qui justifie la décision de vacciner les nourrissons par Bexsero :

La gravité de cette pathologie et son caractère plus fréquent (60% des IIM) que les infections invasives à méningo C contre lesquelles il est recommandé de vacciner en France

Les nourrissons avant 1 an sont la population où l'incidence de l'infection est la plus fréquente (13 cas/ 100 000 environ).

La décision de non recommandation en routine en France reposait, à l’époque, sur l’absence de données de protection clinique « en vie réelle », beaucoup d’inconnues sur la durée de protection après vaccination et sur l’impact sur le portage nasopharyngé (donc un effet éventuel favorable sur la population non vaccinée).

Ceci n’est plus vrai à l’heure actuelle avec le programme anglais chez les nourrissons (schéma 2 +1 alors que l’AMM avait été obtenue avec un schéma 3 + 1, mais l’AMM vient de changer à partir de 3 mois : schéma à 2 doses à 2 mois d’intervalle + rappel) montrant sans ambiguïté une efficacité protectrice (réduction du nombre / incidence des IIM de sérogroupe B dans cette tranche d’âge) et une efficacité vaccinale estimée supérieure à 80%….mais à relativement court terme (moins de deux ans de recul). Il reste donc une incertitude sur la durée de protection… à suivre.

L’impact sur le portage nasopharyngé (chez les adolescents qui constituent l’essentiel du réservoir) est loin d’être démontré.

Le profil de tolérance parait acceptable. Une expérience au Canada dans un contexte épidémique a permis de vacciner 58000 personnes de 2 mois à 20 ans durant l'été 2014: on retrouvait fréquemment une fièvre (11% en moyenne) et une réaction locale interférant parfois avec la vie quotidienne, pas d’effet indésirable grave inattendu. Il n’y a pas eu de signal en terme de pharmaco vigilance depuis l’introduction de la vaccination généralisée des nourrissons anglais. La fièvre est fréquente (% non négligeable de fièvre > 39°C) notamment quand l’hexavalent est co-administré, ce qui a conduit les autorités de santé anglaises à recommander l’administration simultanée de paracétamol, et il n’y pas eu d’augmentation du taux d’événements indésirables (mais une légère augmentation de passages aux urgences / hospitalisation).

En résumé, on peut dire que les premières données d'efficacité sont vraiment encourageantes en population réelle chez le nourrisson, que la tolérance semble voisine de celle de nos anciens tetracoq à germe entier (un peu réactogène en terme de réaction locale, fièvre, asthénie mais sur une durée de 24-48h).

Il n'y a aucun problème à prescrire Bexsero hors recommandation en dehors du prix élevé (mais pris en charge par certaines mutuelles). Il est même tout à fait licite de donner l’information aux parents et de le proposer. N’oubliez pas d’inscrire NR sur votre ordonnance afin de ne pas être mis en cause (financièrement) par la CPAM en cas de contrôle si remboursement effectué hors population à risque. Et de prescrire du paracétamol systématiquement pour ce vaccin.

Utilisation avec d’autres vaccins (cf RCP du vaccin)

Bexsero peut être administré de manière concomitante avec tous les antigènes vaccinaux suivants, qu’il s’agisse de vaccins monovalents ou combinés : diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire, Haemophilus influenzae de type b, poliomyélite inactivée, hépatite B, pneumococcique heptavalent conjugué, rougeole, oreillons, rubéole, varicelle et méningococcique du sérogroupe C conjugué à la CRM.

Partager cet article

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici