Vaccination des adolescents

En 1998, le secrétaire d’état délégué de la Santé de l’époque, Bernard Kouchner, avait suspendu une campagne de vaccination contre l’hépatite B en milieu scolaire qui avait permis d’immuniser des centaines de milliers d’adolescents [1]. Le motif en était, d’une part, l’émergence de polémiques sur un lien potentiel entre ce vaccin et la survenue de sclérose en plaque, d’autre part, la survenue d’une série de réactions secondaires aux injections vaccinales, observées en milieu scolaire. Cette suspension avait porté un coup fatal à la vaccination en milieu scolaire et amené la France à figurer parmi les pays leaders en termes d’hésitation vaccinale [1,2,3,4]. Il y a quelques mois les plus hautes autorités de l’Etat ont décidé, à juste titre, du fait des couvertures vaccinales largement insuffisantes, de mettre en place à la rentrée 2023, une campagne de vaccination contre les infections à papillomavirus (HPV) en classe de 5ème pour les filles et les garçons. Pour que cette campagne de vaccination contre HPV puisse obtenir le succès escompté, certaines particularités de la vaccination des adolescents doivent être connues et prises en compte.

La particularité principale de la vaccination des adolescents est l’importance du risque de réactions de stress liées au geste vaccinal [5,6,7,8]. Le terme "réaction de stress liée à la vaccination" (RSLV) est utilisé pour décrire une série de symptômes qui peuvent survenir à ce moment-là et qui sont liés au "stress", ressenti vis-à-vis du geste vaccinal et non lié au produit vaccinal (Encadré 1). Il peut s’agir de réactions à médiation vasovagale pouvant aller jusqu’à la syncope, de réactions liées à l’hyperventilation ou de troubles psychologiques voire psychiatriques induits par cette situation de stress. La réalisation du geste vaccinal doit donc avoir pour objectif de prévenir au mieux ces évènements et leurs conséquences possibles, notamment les traumatismes liés à une chute éventuelle [9]. La conduite à tenir en cas de malaise doit être rappelée aux professionnels de santé participant aux séances de vaccination.

Contrairement aux idées reçues ou intuitives, les adolescents craignent souvent les piqures, même s’ils ne l’expriment pas de façon spontanée [10]. L’adolescence est, de plus, un âge où d’une façon générale, on observe plus fréquemment des hypotensions orthostatiques, de malaises avec hyperventilation et de malaises vagaux [11].

La fréquence des malaises vagaux post-vaccination a fait l’objet de plusieurs publications, notamment aux USA et au Japon.

Avant la vaccination

Il est important d’identifier les adolescents potentiellement susceptibles de présenter un risque élevé de RSLV (enfants émotifs ou ayant des difficultés psychologiques ou des antécédents psychiatriques, de malaises liés ou non à la vaccination) afin de les accompagner avec le maximum d’explications et de précautions décrites plus bas. Les facteurs environnementaux sont également à prendre en compte : une salle d'attente surchauffée et bondée, un manque d'intimité lors de la vaccination, ou l’accès à des médias sociaux et à des communications négatives pendant les campagnes de vaccination scolaires seront autant de facteurs pourvoyeurs de stress.

L’attitude des vaccinateurs

Comportement à adopter :

  • Utiliser des mots neutres pour signaler le début de la procédure
  • Expliquer la procédure avec bienveillance
  • Signaler le début de la procédure (c'est parti…),
  • Parler de sujets autres que la procédure (distraction) : aliments, jeux, escape game, événements préférés, etc.

Comportement à éviter :

  • Ne pas dire que cela ne fera pas mal (les vaccins contre les papillomavirus sont douloureux lors de l’injection et un peu de temps au décours)
  • Rassurer de façon répétée et excessive.

Le geste vaccinal

  1. L’adolescent doit être confortablement assis ou allongé avant l'injection.
  2. La zone de prédilection pour la vaccination des adolescents est le deltoïde [11].
  1. Il faut piquer perpendiculairement au plan cutané pour être sûr d’être en intramusculaire.
  1. Une aiguille de taille et de diamètre appropriés doit être utilisée en fonction de la corpulence du sujet, ce qui n’est pas toujours évident. En effet, à 12 ans le poids normal peut varier de 26 à 62 kg (courbe actualisée du carnet de santé du 5e au 95e percentile…)
    • Pour les moins lourds, une aiguille de 16 mm de longueur et 0,5 mm de diamètre suffit (25 G aiguille de couleur saumon).
    • Pour les plus lourds, une aiguille de 25 mm de longueur et 0,5 ou 0,6 mm de diamètre est l’idéal (aiguille de couleur orange 25 G ou bleue 23 G).
  2. Il n'est pas recommandé de réchauffer un vaccin en le frottant entre les mains.
  3. L’aiguille doit être rentrée rapidement à travers la peau sans aspiration. En effet, l'aspiration avant l'injection n'est pas nécessaire car les sites d'injection recommandés ne comportent pas de gros vaisseaux sanguins et la douleur peut être accrue si l'aiguille reste plus longtemps dans le tissu.
  4. L’importance de la vitesse d’injection fait l’objet de controverse chez l’adulte et l’adolescent… Chez les petits on sait qu’une injection rapide est préférable.
  5. Toutes les techniques d’accompagnement pouvant diminuer la douleur liée à la vaccination peuvent être utilisées en fonction des connaissances et des habitudes du professionnel de santé qui vaccine. (Encadré 2)
    • Les techniques de distraction sont les plus importantes. Elles sont nombreuses et doivent être choisies par le vaccinateur et l’adolescent…
    • Les patchs anesthésiants ont un intérêt très limité : d’une part ils nécessitent d’être posés 30 à 60 mn avant le geste (et au bon endroit !!!), d’autre part, ils n’agissent que sur quelques mm alors que le produit, qui est la source de la douleur, est injecté entre 16 et 20 mm [15]. Néanmoins, si cela peut rassurer l’adolescent, ne pas hésiter à les utiliser.
    • L’utilisation de froid est probablement plus intéressante : le froid est appliqué par le vaccinateur à l’aide d’un spray, juste avant le geste, l’action est immédiate et plus profonde.
    • L’utilisation du paracétamol ou de l’ibuprofène en préventif est sans intérêt.

Après la vaccination

Le personnel soignant doit prendre des mesures pour éviter les blessures en cas d'étourdissement ou de perte de conscience. Cependant, une syncope peut survenir sans symptômes pré-syncopaux, raison pour laquelle les patients doivent être assis ou allongés pendant la vaccination. Il faut envisager de garder en observation le sujet vacciné en position assise ou allongée pendant 15 minutes après l'administration du vaccin afin d'éviter le risque de chute en cas de syncope. Le tableau 1 décrit les principales différences entre les différents types de malaise rapportés au décours de la vaccination en rappelant que le choc anaphylactique est exceptionnel et que, par contre, les malaises vagaux sont les plus fréquents. En cas de malaise vagal, allonger le patient, relever les jambes, desserrer la ceinture si nécessaire et lui parler très calmement afin de le rassurer.

Remarques

  • Une syncope au décours immédiat d’une vaccination n'est pas une contre-indication à ce vaccin ou à tout autre vaccin à l'avenir.
  • Quand deux vaccins sont administrés lors de la même séance, contrairement aux nourrissons chez lesquels il faut toujours commencer par le moins douloureux, chez l’adolescent des études suggèrent que commencer par le plus douloureux serait mieux ressenti. Rappelons que le début d’adolescence correspond à un carrefour vaccinal comportant outre les vaccins contre HPV, le rappel dTcaP, le rattrapage de toutes les immunisations en retard (hépatite B, varicelle…). De plus, InfoVac conseille fortement depuis des années une injection de vaccin conjugué ACYW.

Encadré 1. Réaction de stress liée à la vaccination" (RSLV)

Ce terme est utilisé pour décrire une série de symptômes et de signes qui peuvent survenir autour de la vaccination et qui sont liés au « stress » et non au produit vaccinal, ou à un défaut de qualité du vaccin ou à une erreur du programme de vaccination. Ils comprennent des réactions à médiation vasovagale, des réactions liées à l’hyperventilation et des troubles psychologiques liés au stress. Les réponses individuelles au stress varient d'une personne à l'autre et peuvent différer en fonction du contexte ou de la période. Le risque de RSLV est maximum à l’adolescence, chez les filles, notamment celles qui ont un IMC bas, dans le cadre des programmes de vaccination scolaire, notamment contre les papillomavirus, le produit injecté étant douloureux. A ne pas confondre avec les symptômes d’un choc anaphylactique, très rare, mais demandant une réactivité médicale (Tableau 1)

Les réponses individuelles au stress varient d'une personne à l'autre et peuvent changer en fonction du temps ou du contexte. Les symptômes peuvent survenir pendant ou après la vaccination, plus rarement immédiatement avant la vaccination. Les manifestations observées vont de manifestations fréquentes extrêmement bénignes (lipothymies, tête qui tourne, palpitations …) à des symptômes impressionnants mais rares, tels que perte de connaissance complète (syncope) pouvant faire évoquer une crise d’épilepsie ou un choc anaphylactique. Tous les professionnels de santé impliqués doivent être informés des risques de RSLV et formés aux mesures préventives et à la reconnaissance des symptômes afin de les identifier et les traiter de façon adaptée lorsqu'ils se produisent.

Dans un groupe, il peut arriver que des événements similaires surviennent en « grappes de cas » ou « clusters » touchant plusieurs personnes en l'espace de quelques minutes ou heures [13]. Divers termes ont été utilisés pour décrire ces "épidémies", notamment "hystérie de masse", "hystérie épidémique".

Ces phénomènes d’entraînement collectif de RSLV peuvent se propager par contact direct mais également via les médias sociaux. Internet a accéléré le potentiel du partage des préoccupations négatives, qui se propagent comme un virus.

Encadré 2. Les techniques de distraction et le froid [14,15]

Les stratégies de distraction, y compris les roues d'épingle, les exercices de respiration profonde, la musique, les vidéos, les jeux de rôle, ont été utilisées chez les enfants plus âgés pour réduire l'anxiété et la douleur.

L’administration pendant 10 à 15 secondes de froid sous forme ethyl-chloride en spray ou appliqué sur un coton est conseillé par l’Académie américaine de pédiatrie (Redbook)

Tableau 1. Caractéristiques cliniques des différentes réactions immédiates post-vaccinales

Réactions de stress liée à la vaccination

Anaphylaxie

Spasmophilie-Tétanie, malaise avec hyperventilation

Malaise et syncope vasovagale

Début

Dans les 5’ après l’injection mais peut être retardée jusqu’à 1 heure

Avant, pendant ou dans les 5’ suivant l’injection

Avant, pendant ou dans les 5’ suivant l’injection

Peau

Urticaire

Erythème

Angio-oedeme

Prurit

Pâle, en sueur, froid, moite

Pâle, en sueur, froid, moite

Respiration

Toux, sifflements, stridor

Respiration rapide et ample

Normale ou ample

Rythme cardiaque

Augmenté +++

Augmenté ou normal

Normal ou ralenti

Pression artérielle

Basse

Augmentée

Basse

Vertiges

Picotement autour des lèvres

Contractures des mains

Perte de conscience transitoire

Bonne réaction en position couchée, jambes relevées,

Parfois crise tonico-clonique

Fiche rédigée par Robert Cohen, Olivier Romain, Odile Launay, Catherine Weil-Olivier, Joel Gaudelus, Maeva Lefebvre

Références :

  1. https://www.liberation.fr/societe/1998/10/02/l-arret-equivoque-du-vaccin-de-l-hepatite-ben-suspendant-la-vaccination-en-6e-kouchner-relance-les-s_249755/#:~:text=En%20suspendant%20la%20vaccination%20en%206e%2C%20Kouchner%20relance%20les%20suspicions.,-par%20Eric%20Favereau&text=vaccination%20syst%C3%A9matique%20contre%20l'h%C3%A9patite,la%20population%20adulte%20est%20maintenue.
  2. https://www.lemonde.fr/archives/article/1998/10/03/m-kouchner-suspend-les-campagnes-scolaires-de-vaccination-contre-l-hepatite-b_3695439_1819218.html
  3. Akehurst C. France suspends hepatitis B immunisation for adolescents in schools. Euro Surveill 1998;2:1143.
  4. Larson H, Figueiredo A, Xiahong Z et al. State of Vaccine Confidence 2016: Global Insights Through a 67-Country Survey. E Bio Med 2016 ;12 :295-301
  5. Immunization stress-related response. A manual for program managers and health professionals to prevent, identify and respond to stressrelatedresponses following immunization. Geneva: World Health Organization;2019. Licence : CC BY-NC-SA 3.0 IGO.
  6. https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm5717a2.htm
  7. https://pdf.sciencedirectassets.com/271205/1-s2.0-S0264410X22X00406/1-s2.0-S0264410X22010465/main.pdf?X-Amz-Security-Token=IQoJb3JpZ2luX2VjEHQaCXVzLWVhc3QtMSJHMEUCIH1QHKmRPAhB5KWo8%2BbyomUMHC4PR7wFCBnsifzcDBozAiEAy%2FQM3%2B89vfpklYKdrKfDSXBANOfIctA5rTqHr
  8. McMurtry CM. Gestion des réponses liées au stress dans le cadre de la vaccination : Un facteur déterminant pour maintenir la confiance envers les vaccins. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2020;46(6):237–45. https://doi.org/10.14745/ccdr.v46i06a10
  9. Elaine R Miller, Emily Jane Woo. Time to prevent injuries from postimmunization syncope. PMID: 17135895.
  10. https://www.infovac.fr/docman-marc/public/pratiques-vaccinales/1875-iia-phobie-des-vaccins/file
  11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5744271/
  12. https://www.infovac.fr/docman-marc/public/pratiques-vaccinales/1874-ia-intramusculaire-me-decine-et-enfance/file
  13. Loharikar A, Tiffany A. Suragh B et al. Anxiety-related adverse events following immunization (AEFI):A systematic review of published clusters of illnessVaccine 36 (2018) 299–305
  14. https://www.infovac.fr/docman-marc/public/pratiques-vaccinales/1876-iiia-distraction-main/file
  15. https://www.infovac.fr/docman-marc/public/pratiques-vaccinales/1879-iiid-patch-anesthe-siant-et-vaccins/file
Partager cet article

Dernière modification : 1 août 2023
Partager cet article

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici
Pour plus de détails sur vos droits et notre politique de confidentialité, cliquez ici.