Bulletin n°7 Juillet 2020

Écrit le .

Bulletin n°7 Juillet 2020

La pandémie de COVID-19 bat son plein dans de nombreux pays, notamment de l’Hémisphère Sud, aux USA et en Inde, et le SARS-CoV-2 continue à circuler de façon très significative en Europe. Bien qu’il soit difficile de prévoir la situation des mois à venir, il est probable qu’une accentuation de l’épidémie survienne durant la saison froide. Il est essentiel de préparer cette rentrée en mettant à jour les vaccinations recommandées, et d’envisager plus largement des vaccinations complémentaires ( pdf Lien 1 calendrier vaccinal InfoVac (1.71 MB) ). Parmi celles-ci, deux nous paraissent particulièrement importantes : les vaccinations grippe et rotavirus, maladies à recrudescence épidémiques chaque hiver, avec des signes cliniques qui pourraient être difficiles à distinguer du SARS-CoV-2. Le renforcement des mesures d’hygiènes imposées par la pandémie va peut-être en réduire l’incidence, mais il est difficile d’imaginer qu’aucune épidémie significative ne surviendra, en particulier pour les enfants en collectivité. L’Académie de Médecine s’était déjà prononcée, dès le 13 Mai, pour renforcer la vaccination contre la grippe (Lien 2). Elle vient de le faire aussi pour la généralisation de la vaccination contre le Rotavirus (Lien 3). Elle appelle à ne pas alourdir "le fardeau" des structures de soins avec les gastro-entérites, et recommande donc d'inclure la vaccination contre les infections à rotavirus dans la stratégie vaccinale de tous les nourrissons :  

  • Le rotavirus est le premier agent d’infection nosocomiale en pédiatrie, en crèche, dans les cabinets médicaux, aux urgences et en hospitalisation.
  • Il est responsable en France d’un lourd fardeau annuel chez les nourrissons : 430 000 épisodes de gastroentérite aiguë, 181 000 consultations, 31 000 passages aux urgences, 14 000 hospitalisations et une dizaine de décès. 
  • Si, comme on peut le redouter, le SARS-CoV-2 continue de circuler en mode épidémique cet hiver et s'ajoute aux virus saisonniers, des difficultés sont à prévoir pour les enfants vivant en collectivité ;
  • Bien que les nourrissons soient peu touchés par la Covid-19, le diagnostic peut être évoqué devant certaines manifestations cliniques comme la diarrhée, présente chez 15 à 20% des enfants.

Dans de telles circonstances, il sera nécessaire de réaliser « un très grand nombre de tests RT-PCR", souligne-t-elle. Sans compter "les mesures d'éviction" que vont générer les symptômes, l’attente des résultats et l’encadrement des réintégrations en collectivité.

Les Sages recommandent donc "d'envisager dès maintenant la vaccination des nourrissons dans la stratégie de lutte contre les infections à rotavirus afin de prévenir les effets supplémentaires d'une épidémie concomitante avec la circulation de Covid-19 durant la saison hivernale". Quinze pays européens recommandent déjà ce vaccin en routine, dont 6 des 7 pays limitrophes de la France.

Une étude très récente, indépendante (Marquis & Koch Pediatr Infect Dis J Jul 2020, ECDC et Robert Koch Institute) rapporte l’expérience sur le terrain en Allemagne de la vaccination, où elle a été recommandée dès 2013. Alors que la couverture vaccinale n’était pas encore optimale (elle est passée de 59 % en 2014 à 80 % en 2018), l’incidence des cas de gastroentérites a diminué de plus de 70% chez les moins de 5 ans, tous degrés de gravité confondus. De plus, comparée à la période précédant la vaccination, l'incidence des invaginations intestinales aiguës dans la première année de vie a diminué de façon significative : 28 % (RR= 0,73 ; IC de 95 % :0,68-0,79) alors qu'à l'âge de la première dose de vaccin (7ème-12ème semaine de vie) l'augmentation de l'incidence des invaginations était non significative (RR = 1,29 ; 95% CI : 0,93-1,78) (Lien 4).

InfoVac soutient l’extension de la vaccination contre la grippe et la recommandation (ainsi que le remboursement) de la vaccination contre les Rotavirus : le seul facteur limitant étant la disponibilité des vaccins.

2. Du côté des produits : Arrêt de commercialisation du Typherix® et du Twinrix Enfant®. Ce dernier vaccin combinant les valences contre l’hépatite A et B, nécessitait un schéma en 3 doses et peut être remplacé par 2 doses de Twinrix Adulte® à 6 mois d’écart à partir de l’âge d’un an. Pour une situation au jour le jour, cliquez ici.

L’extension de l’épidémie et l’importance de la recherche sur le SARS-CoV-2 nous conduit à modifier en permanence les diaporamas. Cinq jeux de diaporamas différents sont disponibles, notamment sur l’immunité, les méthodes diagnostiques, et les vaccins : rubrique Covid-19.

Robert Cohen, Pierre Bégué, Hervé Haas, Didier Pinquier, Pierre Bakhache, Marie-Aliette Dommergues, Véronique Dufour, Joël Gaudelus, Isabelle Hau, Odile Launay, Olivier Romain, Georges Thiebault, François Vie le Sage, Catherine Weil-Olivier, Claire-Anne Siegrist.

Télécharger en pdf

Partager cet article
  • Dernière mise à jour le .

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici