Bulletin n°10 Octobre 2022

Bulletin n°10 Octobre 2022

Du coté des épidémies

L’épidémie de COVID-19 est de nouveau en augmentation depuis quelques semaines en France comme dans différents pays européens, tant en ce qui concerne l’incidence que les hospitalisations. L’épidémie reste cependant à un niveau modeste comparée aux vagues précédentes, probablement du fait de l’immunisation par la vaccination et/ou l’infection d’une proportion importante de la population, protégeant assez largement des formes graves. Omicron BA5 reste le virus très prédominant en France, mais d’autres variants se profilent dans différents pays (Technical briefing N°46) : au moins 3 d’entre eux sont particulièrement surveillés (BQ.X, BA.2.75.2 et BF). Les autorités de santé viennent de préciser les indications des nouveaux vaccins bivalents (souche Wuhan + souche Omicron) en France. Sont actuellement disponibles, des vaccins Wuhan + BA1 et aux Etats-Unis Wuhan+BA5, ces derniers devant être mis à disposition en Europe d’ici quelques jours. Le schéma recommandé est le suivant :

  • Dose supplémentaire de rappel dès 3 mois après la dernière injection pour les > 80 ans, les résidents en EHPD/USLD et les immunodéprimés.
  • Dose supplémentaire dès 6 mois après la dernière injection pour les autres.
  • En cas d’infection récente, un délai de 3 mois est proposé avant la dose supplémentaire.

InfoVac soutient globalement ces recommandations, mais considère que l’infection récente devrait être comptée comme « un rappel » et donc conduire à un délai de 6 mois avant une prochaine dose.

Un document de Santé Publique France du 4 Octobre 2022 fait le point sur l’épidémie de Monkeypox dans notre pays : un peu plus de 4.000 cas, plus de 97% d’hommes, 10 enfants (et pour la moitié d’entre eux un contact connu avec un malade), plus de 100.000 doses de vaccin administrées. La tendance est à la baisse rapide (comme dans tous les pays occidentaux) et le pic de l’épidémie semble derrière nous. Cependant, il ne faut pas encore envisager l’extinction de l’épidémie. La HAS vient de compléter ses avis sur la vaccination, notamment les délais d’administration, la voie intradermique, et les populations à risque. Pour en savoir plus sur Monkeypox et enfant : Lien 1.

L’épidémie de grippe dans l’hémisphère sud notamment en Australie a été particulièrement intense et précoce (même par rapport aux années pré-Covid) et majoritairement due à un virus H3N2. Dans l’hémisphère Nord, aux Etats-Unis, l’épidémie parait plus précoce que les années précédentes. Les mesures de distanciation et d’hygiène étant largement moins suivies, on peut craindre aussi une épidémie précoce et de plus grande ampleur en Europe. L’efficacité vaccinale en vie réelle a été relativement modeste l’année dernière (de l’ordre de 35%) conduisant l’OMS à changer 2 souches vaccinales pour le vaccin 2022-23. Commencez à vacciner dès maintenant vos patients à risque, les professionnels de santé et ceux qui désirent être vaccinés. Si vous voulez en savoir plus sur les questions-réponses les plus fréquentes sur la vaccination antigrippale : Lien 2.

Du coté des programmes de vaccination

Il y a encore 2 ans, les nourrissons français faisaient partie des moins vaccinés des pays occidentaux. Depuis, les décisions successives de la HAS (vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche, vaccination des nourrissons contre les infections à méningocoque B, puis contre les infections à rotavirus) les classent potentiellement parmi les mieux vaccinés d’Europe. Néanmoins, l’absence d’accompagnement des décisions par des campagnes de promotion orchestrées par les autorités de santé, n’a pas encore permis l’augmentation rapide espérée des couvertures vaccinales. Malgré une recommandation de la vaccination contre le méningo B datant depuis plus d’un an et un remboursement depuis 4 mois, l’augmentation des doses délivrées n’atteint pas les niveaux attendus. Mais un document est disponible sur le site de SPF. Si vous voulez en savoir plus sur les Q/R les plus fréquentes sur la vaccination contre le méningocoque B : Lien 3.

Que dire de la vaccination contre les rotavirus qui a été recommandée depuis 4 mois et qui n’est toujours pas remboursée alors que l’épidémie hivernale se profile ? Le remboursement devrait survenir dans les prochaines semaines, avant l’épidémie de rotavirus : les services pédiatriques sont déjà sous tension. Si vous voulez en savoir plus sur la vaccination contre les rotavirus : Lien 4.

Vous avez été plus de 500 à participer aux 25ème Journées de Pathologie Infectieuse Pédiatrique. En cliquant sur ce lien vous pouvez accéder aux diapositives.

Robert Cohen, Pierre Bakhache, Pierre Bégué, Véronique Dufour, Marie-Aliette Dommergues, Joël Gaudelus, Hervé Haas, Isabelle Hau, Odile Launay, Maeva Lefebvre, Didier Pinquier, Olivier Romain, Georges Thiebault, Franck Thollot, François Vie le Sage, Claire-Anne Siegrist.

Télécharger en pdf

Partager cet article
  • Dernière mise à jour le .

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici