logo infovac

Bienvenue sur ce site, qui, nous l'espérons, vous permettra de trouver les réponses à vos questions sur les vaccins et les renseignements sur les vaccinations en France.
Les informations répertoriées ici ont été sélectionnées pour leur objectivité et leurs valeurs médicale et scientifique. Elles s’appuient essentiellement sur les recommandations officielles de vaccinations en France et, à défaut, sur des études scientifiques et/ou des articles publiés. Néanmoins, elles ne remplacent pas les conseils personnalisés de votre médecin, qui est celui qui connaît le mieux votre situation : n’hésitez donc pas à le contacter !

Disponibilité des vaccins en France

Etat des approvisionnements des vaccins en France

Fiches maladies et vaccins

Des fiches détaillées sur les maladies et leurs vaccins

Obligation / Hésitation vaccinale

Documents et articles pour les parents et les médecins...

J'ai vu une patiente de 40 ans, 1ere grossesse en cours à 32 SA. Elle est italienne et a reçu en Italie une dose de vaccin DTP seul en 2014 (le rappel d'avant,toujours sans coqueluche, date de 2004). Elle me dit avoir eu la coqueluche dans l'enfance. Est-ce qu'elle peut bénéficier d'une dose de DTPCoq pour avoir donc la coqueluche ou est-ce trop tôt pour refaire une vaccination ?

La réponse Infovac : comme vous le savez, la vaccination coqueluche pendant la grossesse (afin de protéger le nouveau né à naitre pendant les première semaines avant qu'il ne soit vacciné) est une méthode qui a fait ses preuves dans les pays où elle a été testée.
Elle n'est pas encore recommandé en france (plutôt en lien avec les réticences liées à la vaccination en général et encore plus chez les femmes enceintes : les recommandations vaccination grippe chez les femmes enceintes son très peu suivies).
Voici les données dont on dispose sur la vaccination coqueluche et qui font que je n'hésiterai pas à la proposer à votre patiente :

La vaccination en deuxième partie de grossesse vise à transmettre les anticorps maternels induits par cette vaccination au nouveau-né pour qu’il soit protégé de manière passive pendant les premiers mois de vie (avant élimination des anticorps d’origine maternelle). Le dosage des Ac maternels, transmis dans le sang de cordon de nouveaux-nés de mère vaccinées à un terme moyen de 27 SA, permet de prédire une protection à l’âge de 2 mois (Vilajeliu A. Vaccine 2015).

Les anglais ont été parmi les premiers (depuis octobre 2012 en raison d’une épidémie responsable de 12 décès chez des petits nourrissons trop jeune pour être vaccinés) à proposer la vaccination des femmes enceintes. Elle est faite initialement à partir de 28 SA puis 20 SA (sur la base d’une étude suisse qu démontrait que le transfert d’anticorps était encore meilleur au 2ème trimestre (berhardt CS Clin Infect Dis 2016; 62:829–36) et 38 SA, avec un vaccin combiné adapté à l’adulte. Ils ont rapidement obtenu une couverture vaccinale supérieure à 60% et les premiers résultats sont encourageants : efficacité vaccinale > 90% en prévention de la coqueluche du NRS < 2 mois quand la mère est vaccinée au moins 7 jours avant la naissance (Amirthalingam G,. Lancet 2014; 6736:1–8. et Dabrera G, Clin Infect Dis 2015; 60:333–7.)

Les données de tolérance sont rassurantes avec absence de majoration du risque de complications obstétricales ou fœtales lors d’une étude observationnelle anglaise chez 18 000 femmes vaccinées pendant la grossesse (Donegan K,. BMJ2014; 349:g4219). Depuis, la vaccination maternelle pendant la grossesse a été introduite dans de nombreux pays : USA, Espagne, Australie, Argentine, Belgique.