Les réponses d'A. Buzyn aux différentes polémiques

Écrit le .

Pendant des années, les médecins vaccinateurs, les experts en vaccinologie, les pédiatres, les infectiologues et l’ensemble des vaccinateurs se sentaient en France, abandonnés par les autorités de santé. Ce n’est plus le cas depuis l’arrivée de la nouvelle ministre de la santé Agnès Buzyn, qui non seulement s’oriente vers une obligation vaccinale de tous les vaccins déjà recommandés dans les deux premières années de vie, mais répond lors de différentes interventions, point par point, et d’une voix forte à toutes les polémiques soulevées par les anti-vaccinaux :

  • Interrogée sur l’action de groupe qui va être lancée par des ligues anti-vaccinales, contre des laboratoires pharmaceutiques ayant commercialisé des vaccins contenant du thiomersal (dont ils prétendent qu’il est à l’origine de cas d’autisme), elle a rappelé que celui qui avait publié des travaux établissant un lien entre vaccin ROR (Wakefield) et autisme avait été reconnu coupable de fraude scientifique
  • Elle a souligné que la cause principale de la méfiance est la sensibilité des Français pour le « complotisme » qui s’informeraient trop par le biais des réseaux sociaux et seraient victimes de désinformation
  • Pour la myofasciite à macrophages elle a utilisé les termes « d’irrationnel le plus total » en rappelant que « Nous avons sur les adjuvants un recul d'utilisation de 90 ans. Plusieurs centaines de millions de doses de vaccins utilisées depuis que les vaccins existent »
  • Elle a rappelé que « la vaccination est un impératif de solidarité pour protéger les autres, et notamment les plus faibles », et qu’elle était « absolument certaine de ne faire courir aucun danger à nos enfants »
Partager cet article

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici