Bulletin n°4 avril 2019

Écrit le .

pdf Télécharger en pdf (150 KB)

1. Pour votre information : Du 24 au 30 Avril 2019, aura lieu la Semaine Européenne de la Vaccination. Elle s’accompagne d’une mobilisation exceptionnelle des autorités de santé et de la ministre en particulier, pour restaurer la confiance, avec une première en France : une campagne nationale dans les médias (télévision, radio...) sur la vaccination. Les premiers effets positifs des vaccinations obligatoires sur la protection des jeunes enfants sont nets. Une couverture vaccinale en augmentation chez les nourrissons, une hausse chez les enfants non soumis à l’obligation (mais encore à améliorer), et enfin une adhésion des professionnels de santé et des parents qui progresse. Couvertures vaccinales : +5,5 points pour l’hexavalent (98,6% des nourrissons nés en 2018 ont reçu au moins une dose), +1,4% pour la vaccination pneumococcique conjuguée (99,4% ont reçu au moins une dose), +36% pour le vaccin contre le méningocoque C. Confiance des parents : 67% déclarent être aujourd’hui favorables à l’extension de l’obligation. Soutien des médecins : l’élargissement des obligations est perçu comme positif par 99% des pédiatres (AFPA) et 75% des médecins généralistes.

Vous avez été nombreux à participer, pour la deuxième année consécutive, à l’enquête InfoVac sur votre vécu de l’obligation vaccinale ( pdf Lien 1 (514 KB) ). Lors de la première enquête, 699 médecins avaient répondu, plus du double (n=1561) ont participé à la seconde enquête (50% médecins généralistes, 50% pédiatres). Vous êtes plus nombreux à estimer que l’extension de l’obligation vaccinale a facilité votre pratique (> +20%), que les parents posent moins de questions (> +30%), et qu’il est plus facile de les convaincre (+15%).

Pour accompagner la semaine de la vaccination, InfoVac a publié sur son site une nouvelle fiche sur le rattrapage vaccinal ( pdf Lien 2) (489 KB) et mis à jour l’ensemble des fiches sur les vaccinations.

Le nouveau calendrier vaccinal est disponible en cliquant sur ce pdf lien 3 (6.63 MB) .

« L’appel des 50 » réunissant les Académies (médecine, chirurgie, pharmacie), la ligue nationale contre le cancer, de nombreux collèges et syndicats et la majorité des sociétés savantes concernées par la vaccination et les pathologies liées aux papillomavirus (HPV) lancent un appel aux pouvoirs publics pour promouvoir la vaccination des filles et des garçons contre les infections à HPV responsables de nombreux cancers (col de l’utérus mais aussi cancers oro-pharyngés, vulvaires, vaginaux, péniens,…, pdf Lien 4 (758 KB) ). InfoVac soutient cette démarche, d’autant que les preuves démontrant l’efficacité de la vaccination HPV affluent tous les jours. Ainsi, dans le British Medical Journal de mars 2019 (Lien 5), un article confirme l’excellente efficacité du Cervarix® avec une réduction de 80% de tous les types de lésions précancéreuses (CIN1, 2+ or 3+), l’efficacité vaccinale étant d’autant plus élevée que la vaccination est réalisée tôt.

Toujours à propos de la vaccination contre HPV : France 3 a diffusé le 9 Avril un dossier anti-vaccinal à charge (Lien 6) contre cette vaccination et les vaccins contenant de l’aluminium. S’affichant comme neutre en donnant la parole aux anti et pro-vaccinaux, l’émission comporte de nombreuses fake news (centaines de morts liées aux vaccins, nombre de cancers du col en augmentation depuis l’installation de la vaccination en Australie…) et aucune contradiction n’a été opposée aux anti-vaccinaux les plus notoires sur HPV ou l’aluminium. Les fake news ne se propagent pas que sur les réseaux sociaux mais aussi dans les médias du service public… Plus réjouissant, les autorités de santé (Institut National du Cancer et Santé Publique France), constatant la circulation d’informations remettant en cause la vaccination contre HPV dans certains blogs et médias, ont publié un document démontant l’argumentation des anti-vaccinaux et soutenant cette vaccination ( pdf Lien 7 (247 KB) ).

En France, la saison grippale 2018-2019 a été marquée par la circulation quasi exclusive de virus de type A. L'efficacité vaccinale était de 31% contre A(H3N2), de 67% contre A(H1N1) pdm09, et de 59% tous virus confondus, chez l'ensemble des personnes à risque. L'OMS a formulé ses recommandations pour la composition du vaccin contre la grippe 2019-2020 pour l'hémisphère Nord. Les deux souches de grippe A sont modifiées : A/Brisbane/02/2018 (H1N1) pdm09 au lieu de A/Michigan/45/2015 (H1N1) pdm09 et A/Kansas/14/2017 (H3N2) au lieu de A/Singapore/INFIMH-16-0019/2016 (H3N2).

2. Du côté des produits : Difficultés d’approvisionnement pour l’Havrix®, Avaxim® et Vaqta® étant disponibles. Pour une situation au jour le jour, cliquez ici.

3. En réponse à vos questions.

Est-il possible de vacciner un enfant de 3 ans insuffisant surrénalien contre la grippe et quelles sont les contre indications vaccinales éventuelles pour les autres vaccins ? Bien sûr, vous pouvez (vous devriez !) vacciner cet enfant avec tous les vaccins recommandés – et y compris contre la grippe : il n’y a pas de contre-indication. Bien que l’inflammation moindre induite par les vaccins ait moins de risque de déséquilibrer ces patients que les maladies, les besoins en cortisol augmentent en cas de stress, et lors d’une vaccination les doses d’hydrocortisone doivent être doublées et données en 2 ou 3 prises.

Robert Cohen, François Vie le Sage, Véronique Dufour, Odile Launay, Pierre Bakhache, Pierre Bégué, Marie-Aliette Dommergues, Joël Gaudelus, Nicole Guérin, Hervé Haas, Isabelle Hau, Didier Pinquier, Olivier Romain, Georges Thibault, Catherine Weil-Olivier, Claire-Anne Siegrist.

Partager cet article

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici