Anaphylaxie

  • Ces réactions allergiques médiées par les IgE peuvent être provoquées par les antigènes vaccinaux, mais aussi d’autres composants du vaccin (conservateurs, lipides, traces d’antibiotiques…).
  • Elles sont exceptionnelles (moins de 1/500000 doses), mais leur gravité potentielle fait que tout professionnel pratiquant une vaccination doit s’entourer des précautions habituelles
    • surveillance post-vaccinale
    • médications d’urgence
  • Ces réactions surviennent dans les minutes (généralement dans les 15’ au maximum une demi-heure) qui suivent l’injection.
  • Le spectre des manifestations cliniques va de l’urticaire généralisée (plus de 90 % des cas) au collapsus, en passant par l’œdème indolore du visage et de la bouche, l’éternuement, la toux, la gêne respiratoire, la respiration sifflante..
  • Outre les mesures symptomatiques, la base du traitement des manifestations anaphylactiques repose sur l’injection sous-cutanée ou intramusculaire d’adrénaline
    • 0,01 ml/kg d’une solution aqueuse d’adrénaline à 1/1000, sans dépasser 0,5 ml
    • Ou Anapen : 150 microgrammes/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

      Ces deux médicaments peuvent être renouvelés une fois vingt minutes après si nécessaire

  • La surveillance du patient pendant quelques heures en milieu hospitalier est le plus souvent nécessaire.
  • Ce risque de réaction allergique peut être réduit par un interrogatoire précédant le geste vaccinal : toute manifestation anaphylactique survenant après l’administration d’un vaccin ou d’un de ses composants est une contre-indication absolue à ce vaccin dans l’attente d’une confirmation (ou infirmation) après enquête allergologique.
  • Dernière mise à jour le .

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici