News & Actualités

Bulletin n°2 Février 2019

pdf Télécharger en pdf (221 KB)

Pour votre information : La grippe a franchi le seuil épidémique depuis une semaine sur l’ensemble de la métropole (Lien 1). Le pic n’est peut-être pas encore atteint mais est déjà plus haut que l’an dernier. Les virus circulant sont A/H3N2 (55%) et A/H1N1 (45%) sans virus B actuellement. Les premières données (dans différents pays, Lien 2) révèlent une efficacité vaccinale habituelle pour A/H1N1, plus faible pour A/H3N2. Pour limiter la transmission du virus et réduire le risque de complications graves, il n’est plus temps de vacciner (d’autant plus qu’il n’y a plus de vaccin…) mais (Lien 3) :

  • d’appliquer les gestes d’hygiène : éternuer dans son coude plutôt que dans ses mains, se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique, utiliser des mouchoirs à usage unique et porter un masque jetable en cas de symptômes respiratoires, en particulier au contact des personnes fragiles. 

    Lire la suite : Bulletin n°2 Février 2019

La question du jour : Hépatite B et SEP

Je suis confronté à l'angoisse de parents d'un enfant de 2 mois vis-à-vis du risque éventuel de la vaccination contre l'hépatite B, sachant que la maman est atteinte d'une forme "légère" (pour l'instant non évolutive) de SEP. Comment leur répondre objectivement et les rassurer ?

La réponse Infovac : La vaccination contre l’hépatite B est obligatoire, en France, pour tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, et recommandée chez et les enfants et les adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans. La question des parents dans ce contexte est néanmoins fréquente, mais il n'y a pas d'éléments épidémiologiques, biologiques ou génétiques supportant l'hypothèse d'une augmentation du risque d'induire une SEP par une vaccination en cas d'anamnèse familiale positive.

Quelques éléments de discussion :
  • Un vaccin efficace : la vaccination est le moyen de protection le plus efficace contre l’hépatite B. C'est le 1er vaccin contre le cancer (hépatocarcinome)
  • Un vaccin nécessaire : l’hépatite B peut devenir chronique avec des complications très graves, comme la cirrhose qui fait le lit de l'hépatocarcinome

  • Un vaccin simple : 3 injections suffisent, il n’y a pas besoin de rappels. La réponse cellulaire après une primovaccion complète est durable

  • Un vaccin sans danger : une légère réaction à l’endroit de la piqûre est possible. Suite à de nombreuses études, aucun lien n’a été montré entre la vaccination contre le virus de l’hépatite B et l’apparition d’une sclérose en plaques. Ni les antécédents familiaux de SEP ni les antécédents personnels de SEP ne sont une contre-indication à la vaccination hépatite B

  • Un vaccin remboursé : l’assurance maladie rembourse le vaccin à 65%

La question du jour : Méningite à Pneumocoque, PCV7 et PCV13

Un de mes patients âgé de 13 ans vient d'être hospitalisé pour une méningite à Pneumocoque, apparemment d'un sérotype non couvert par le vaccin de l'époque (Prévenar 7). Y a-t-il une indication à lui refaire le vaccin Prévenar 13 ?

De manière générale, pour les sujets non considérés à risque, et ayant reçu le 7, est-ce indiqué ?

La réponse initiale Infovac : La méningite à pneumocoque à l’âge de 13 ans n’est pas impossible mais beaucoup plus rare que chez l’enfant âgé de moins de 5 ans (ou les personnes âgées).
En pratique, il faut s’assurer que tous les facteurs de risque connus ont été recherchés. Si l’un d’eux existe, je ferai une dose de Prevenar13 suivi 8 semaines après d’un Pneumovax.
Sinon, la probabilité d’avoir la malchance de faire deux méningites à pneumocoque est rarissime et je ne le ferai pas.

Deux semaines plus tard : Je viens d'apprendre qu'il s'agissait du sérotype 11, donc non couvert par le Prévenar 13. Cela change t-il votre réponse sur la suite de la vaccination ?

La réponse finale Infovac : Devant ce contexte ORL, je maintiendrais une dose de Prevenar 13 suivie huit semaines pus tard d’une dose de Pneumovax.

La question du jour : éruption morbilliforme et rougeole

Je suis médecin généraliste et j’aimerais vous interroger au sujet d'un enfant de 5 ans que j’ai vu la semaine dernière avec une éruption morbilliforme très fébrile, rhinorrhée aqueuse, conjonctivite et toux. L’aspect m’a tellement fait penser à une rougeole que j’ai demandé une sérologie, même si j’ai fait moi-même 2 Priorix à 13 et 18 mois à cet enfant. Curieusement, ce petit n’a aucun Ac contre la rougeole alors qu’il est protégé contre la rubéole. L’évolution n’a pas été en faveur d’une rougeole car tout s’est amélioré très vite mais je voulais savoir s’il y a indication à revacciner cet enfant contre la rougeole ?

La réponse Infovac : Non, les 2 doses de ROR reçues sont suffisantes, le schéma est complet. Les sérologies utilisées en routine ne permettent pas, par les seuils utilisés, de toujours bien évaluer la réponse vaccinale et le niveau de protection, qui est d'une part apportée par les Ac neutralisants et d'autre part par le versant cellulaire de l'immunité.

Campagne Stop HPV! en Isère

Le département de l'Isère lance un site web dédié au vaccin contre les Papillomavirus Humain (HPV).

Cette campagne rappelle que la vaccination est une protection efficace contre les HPV, avec quelques chiffres :

  • Les HPV sont la 1ère cause du cancer du col de l'utérus
  • 31 000 lésions précancéreuses sont détectées chaque année
  • 3 000 cancers du col de l'utérus sont diagnostiqués chaque année

A qui s'adresse ce vaccin, pourquoi se protéger, où se faire vacciner ?

Plus d'informations sur le site http://www.stophpv.fr/