logo infovac

Disponibilité des vaccins en France

Hésitation vaccinale : Questions/Réponses

La nouvelle « affaire du vaccin contre l’hépatite B » démontre une fois de plus les défaillances de notre système. Dans « Le Monde » du 25 septembre 2008, on pouvait lire : « L'un des vaccins contre l'hépatite B, Engerix B®, semble associé chez l'enfant à une augmentation du risque de développer, trois ans plus tard, une sclérose en plaques ».

 

 « Ce risque, qui n'est pas retrouvé pour l'ensemble des vaccins contre l'hépatite B, serait multiplié par 1,74 dans le cas de l'Engerix B® ». « L'étude, dont Le Monde a pris connaissance, a été menée par l'équipe du professeur Marc Tardieu (service de neuropédiatrie, hôpital Bicêtre au Kremlin-Bicêtre) et doit être prochainement publiée. » Problème : l’article en question n’a été publié que le 8 octobre 2008 ! (http://www.neurology.org/cgi/content/abstract/01.wnl.0000335762.42177.07v1) Cette étude est la troisième analyse de la cohorte neuropédiatrique française KidSEP recherchant une éventuelle association entre la vaccination contre l’hépatite B et le risque de démyélinisation ou SEP. Les deux premières (Mikaeloff Y, Brain 2007 et Arch Pediatr Adolesc Med. 2007) n’ont pas montré d’augmentation de risque de sclérose en plaques ni de récidive de SEP chez les enfants vaccinés contre l’hépatite B. Ces résultats sont confirmés par cette troisième analyse: l’analyse statistique principale ne montre pas d’augmentation de risque après la vaccination contre l’hépatite B, quels que soient le vaccin, le nombre d’injections et le délai entre la vaccination et les premiers symptômes neurologiques. Seuls les résultats d’une analyse décidée a posteriori, portant sur un sous-groupe d’enfants 1) ayant respecté le calendrier vaccinal français, 2) ayant été vaccinés par le vaccin le plus utilisé en France (Engerix-B®)  3) vaccinés plus de 3 ans auparavant rapportent une augmentation tout juste statistiquement significative du risque de SEP (OR =1.74; 1.03–2.95). Pour les experts InfoVac, comme pour les autres experts qui se sont déjà exprimés, cette méthodologie d’analyse d’un sous-groupe, de sous-groupe, de sous-groupe est inacceptable : plus de 50 tests statistiques ont été réalisés pour finalement trouver une différence faiblement significative, avec toutes les chances que cette différence soit purement liée au hasard. En effet, les biais méthodologiques sont nombreux et aucune hypothèse physiopathologique sérieuse ne vient supporter ce résultat.

Dates à retenir...

30 0ct. - 3 Nov. 2018 : 7e congrès EAPS (European Academy of Paediatric Societies) - Paris

30 Nov. - 1er Déc. 2018 : 16ème Journées d'Automne de Pédiatrie Ambulatoire - Colmars

3 - 5 Déc. 2018 : Congrès International du BCG - Lille

19 Janvier 2019 :  Journée Médecine & Enfance MG - Paris

13 - 15 Juin 2019 : 9th Europaediatrics Congress - Dublin, Irelande

4 Avril 2019 : 2ème Journée Pneumocoque GPIP/ACTIV - Paris

19 - 21 Juin 2019 : Congrès de la SFP (Société Française de Pédiatrie) - Paris

21 - 23 Juin 2019 : 25e Congrès National de Pédiatrie Ambulatoire - Marseille

29 - 30 Novembre 2019 : Congrès AFPA - Orléans

19 - 20 Juin 2020 : Congrès AFPA - Bordeaux

25 - 27 Juin 2021 : Congrès AFPA - Montpellier