logo infovac

News & Actualités

La question du jour : exposition et vaccination tuberculose

Que risque-t-il de se passer si on vaccine par erreur sans IDR préalable, un enfant qui a déjà été exposé à la tuberculose (ex. un séjour prolongé en zone endémique) non rapporté à l’interrogatoire ?

La réponse Infovac : On risque un phénomène de Koch, c’est-à-dire une hypersensibilité (au sens augmentation des réactions, par rapport à un sujet n’ayant pas rencontré le BK) si on fait une IDR, et donc une réaction accélérée et plus importante au BCG.

 

22ème journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire

La 22ème JPIPA se déroulera le samedi 13 octobre 2018, à la Maison de la Chimie, 28 bis, rue Saint-Dominique, 75007 Paris.

Elle se déroulera sous la direction scientifique de Robert Cohen, avec :

  • Infovac-France
  • l’Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne (ACTIV)
  • le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP)
  • l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA)
  • et la revue Médecine & enfance

pdf Téléchargez le programme et le bulletin d'inscription (32 KB)

La question du jour : primo-arrivant, radio et tubertest

J'ai vu récemment un enfant né à l’hôpital de Montfermeil, qui a été vacciné à la naissance puis qui est parti 7 mois en Turquie. Faut-il le considérer comme un primo arrivant et pratiquer le bilan préconisé en Seine Saint Denis, Radiographie pulmonaire et tubertest ?

La réponse Infovac : C’est très difficile dans la mesure où il n’existe pas de marqueur de protection. Il faudrait donc revenir aux études de protection pour ceux qui ont été vaccinés et non protégés. Il faudrait regarder (interrogatoire) le délai entre vaccination et contage en sachant que l’efficacité (au moins chez les petits enfants) est de 75% pour les formes graves (méningites, miliaires) et de 50% toutes formes confondues (essentiellement des formes pulmonaires). Pour nous, c’est impossible à faire.

Ce qui est dit classiquement, mais de façon empirique, est qu’il faut 3 à 6 semaines pour faire réagir les lymphocytes et donc théoriquement apporter la protection dans les limites rappelées précédemment.

Donc , rien ne remplace un bon interrogatoire...

Bulletin n° 7-8 Juillet-Aout 2018

  pdf Télécharger au format pdf (188 KB)

1. Du coté des autorités : Le Haut Conseil de Santé Publique vient de redéfinir à 40 pour 100,000 le seuil d’incidence à partir duquel un pays est considéré à haute endémicité pour la tuberculose, éliminant l’ensemble des pays européens et la Turquie. Ce seuil devrait être utilisé pour définir les indications de vaccination par le BCG pour les enfants nés ou dont les parents sont nés dans ces pays (Lien 1).

2. Pour votre information : Nous vous conseillons la lecture du BEH N° 21 du 26 juin 2018 sur les cancers attribuables au mode de vie et à l’environnement en France (Lien 2). Après le tabac, l’alcool et l’alimentation, les infections apparaissent en 5ème position, dont près de la moitié pourrait être prévenue par des vaccins (HPV et Hépatite B).

Bad News from Italia : Alors qu’une amélioration des couvertures vaccinales avait été observée depuis l’instauration de l’obligation vaccinale en 2017, le nouveau gouvernement en Italie vient d’abroger l’obligation vaccinale… à suivre.

Santé Publique France vient de faire le point sur la campagne de vaccination à Mayotte. Sur près de 25,000 enfants la moitié n’était pas correctement vaccinée et a bénéficié de rattrapage.

Lire la suite : Bulletin n° 7-8 Juillet-Aout 2018

La question du jour : congés et tubertest

En cette période de congés, certains enfants partent avec leurs parents dans des pays d'endémie tuberculeuse alors qu'ils n'ont pas été vaccinés. A partir de quelle durée de séjour faut-il pratiquer un tubertest avant de vacciner ?

La réponse Infovac : Les textes disent 1 mois (rapport HCSP, OMS). Maintenant, le Tubertest n'est ni assez sensible ni assez spécifique pour être utilisé en dépistage systématique, c'est une aide au diagnostic de la tuberculose.

Et il faut plusieurs mois pour qu'il devienne positif !

Rien ne remplace un bon interrogatoire !

La sensibilité du test à la tuberculine chez le petit enfant n'est pour le moins pas très bien connue et un résultat négatif n'élimine jamais une tuberculose.

Un document du HCSP confirme la rareté des cas lors de ce dépistage. Dans le rapport, un travail irlandais est rapporté dans une région dans laquelle l'incidence est de 8,3 pour 100 000 et dont les tests ont été positifs dans 0,7% des cas. Aucun des enfants de moins de 6 ans ne présentait un test positif. L'Irlande ne recommande plus de faire ce test chez les enfants de 3 mois à 6 ans. Les anglais ne le recommandent pas non plus avant 6 ans en dehors d'un séjour de plus d'un mois dans un pays de haute incidence. 

Rappelons que mieux vaut un bon interrogatoire à la recherche d'un éventuel contage pour lequel ce test garde toute sa valeur.

Recherche

Connexion/Adhésion